TS2UMRESTTEThèmes de recherche Santé de l'usager et insécurité routière Afficher le menu principal

Santé de l'usager et insécurité routière

L’ensemble des facteurs qui vont contribuer à un devenir plus ou moins défavorable de la victime potentielle sont à prendre en compte, c’est à dire les causes d’accident (insécurité primaire) et les facteurs de gravité des atteintes corporelles, immédiates (insécurité secondaire) ou à plus long terme (insécurité tertiaire). 

L'accident de la circulation routière est un phénomène multifactoriel dans lequel interviennent l'usager, le véhicule, l'infrastructure et l'environnement.

L’objectif de nos recherches est de proposer une hiérarchisation des causes de l’insécurité routière et d’ améliorer la connaissance de la gravité à court et long terme des accidents par le développement et/ou la validation d’indicateurs de gravité séquellaire)

Nos recherches se déclinent selon trois dimensions :

En terme d'insécurité primaire

Différents facteurs comportementaux et humains sont aujourd’hui reconnus comme associés à la survenue de victimes de la route , mais d’autres souffrent encore d’amalgame, ou sont peu pris en compte.Nos recherches s'intéressent aux facteurs de risque d'accident comme la consommation d'alcool et stupéfiants, le grand age, les usagers de 2 roues, etc...

En terme d'insécurité secondaire

Dès le début des années 1990, l’Inrets, puis Ifsttar a choisi de développer une approche traumatologique de l’insécurité routière.

La question posée est celle de la protection de l’intégrité corporelle des usagers de la route en cas d’accident, et abordée dans plusieurs projets : Le Registre et son extension à l'Observatoire Rhône Alpes du Traumatisme, ses extrapolations à la France entière, le projet VoieSur, la cohorte ESPARR (que l'on retrouve dans les études en insécurité tertiaire).

En terme d'insécurité tertiaire

L’épidémiologie peut apporter des réponses quant à l’évaluation de la qualité de la prise en charge des victimes et à l’étude des facteurs de mauvais devenir des victimes d’un traumatisme routier.

Différentes études ont été mises en place : la cohorte ESPARR (suivi de 1372 blessés pendant 5 ans permettant d'évaluer toutes les conséquences de l'accident), ESPARR2, toujours basée sur le Registre du Rhône a pour objectif d’évaluer les dimensions positives et négatives du vécu des accidentés et de leurs familles, SAFETYCUBE.